Tourisme connecté – Journal Sud Ouest

p.12 Les métiers du tourisme 1

Rédaction du supplément Formation Charente-Maritime/Charente mars 2018 pour le journal Sud-Ouest. Exemples d’articles parus :

Tourisme connecté

Perspectives – L’offre de formations, particulièrement complète en Charente-Maritime, tient compte de l’essor des nouvelles technologies

Avec une hausse des fréquentations de +8 % en 2017, la France reste la première destination touristique mondiale. Une conjoncture qui profite à la Charente-Maritime qui se positionne sur le haut du podium en termes de fréquentation avec des retombées économiques estimées à 1,6 milliard d’euros pour 20 000 emplois dont 5900 directs. « Il y a de réels besoins de compétences en France comme à l’étranger, souligne Marc Gibiat, directeur de la Rochelle School of Tourism and hospitality de Sup de Co. Mais s’orienter dans ce secteur nécessite de tenir compte de ses évolutions. Il est en complète mutation du fait des nouvelles technologies. Les clients ont changé leurs habitudes de consommation de par les outils web : internet, les applications mobiles, les réseaux sociaux… »

Toutes les formations proposées dans le département ont engagé cette mutation numérique en travaillant main dans la main avec les socio-professionnels du secteur. « Il ne suffit plus de connaître une destination est être capable d’en parler, les professionnels doivent être multi-casquettes et maîtriser tous les canaux de diffusion. »

Les différents BTS tourisme du département (Cipecma à Chatelaillon-Plages, Lycée Bellevue à Saintes, lycée de Cordouan à Royan) ont intégré pleinement ces nouveaux outils et ont également ciblé leur formation sur des spécifications : hôtellerie de plein-air au Cipecma ou encore l’hydro-tourisme à Royan.

La licence e-tourisme renaît

Il en est de même pour les formations supérieures. L’Université de La Rochelle vient de revoir l’ensemble de ses maquettes de formations liées au tourisme et toutes, ou presque, prennent l’appellation « e ». La licence pro e-tourisme en alternance (en lien avec le Cipecma), mise en stand-by il y a trois ans, va être de nouveau opérationnelle à la rentrée 2018. « Sa finalité : former des cadres de niveau intermédiaire capable de promouvoir, d’animer des destinations touristiques en utilisant au mieux les outils digitaux », précise son directeur Jean-Charles Rico. La licence pro patrimoine langue et tourisme s’inscrit dans cette même logique avec une notion patrimoine plus marquée. Deux masters pro sont également proposés où il est demandé aux étudiants d’avoir une vision d’innovation et de management, l’une dans le domaine de l’hôtellerie (existe depuis 20 ans) et une seconde sur une dimension patrimoniale.

Dans une approche assez semblable de celle de l’Université, mais avec une connotation plus internationale, Sup de Co propose un parcours complet de bac+3 à bac+5 sur tous les métiers du tourisme : évènementiel, hébergement, ingénierie touristique, industrie du voyage…

A ces formations s’ajoutent celles de l’hôtellerie-restauration qui sont proposées au lycée hôtelier de la Rochelle (du CAP au BTS) et au lycée de l’Atlantique (CAP au Bac pro).

 

Deux Charentes, une entité

Stéphane Villain président de Charentes Tourisme, fusion des offices départementaux de tourisme de Charente et Charente-Maritime

Pourquoi avoir fusionné les offices départementaux de tourisme de Charente et Charente-Maritime ? Cette fusion était nécessaire dans un secteur hautement concurrentiel pour gagner des parts de marchés. Ce rapprochement était logique car nous bénéficions d’un capital commun comme le vignoble mais aussi le fleuve Charente, véritable trait d’union entre les deux territoires, ou encore le patrimoine.Par le biais de cette fusion, l’objectif est de développer les expertises et les savoir-faire des équipes afin de mieux accompagner et conseiller les acteurs, publics et privés et aussi faire en sorte d’accroître la performance économique des acteurs du tourisme.

Ce qui nécessitera de nouveaux besoins en termes d’emplois et de formations ? C’est certain, le tourisme a pris un tournant numérique qui oblige à une montée en compétences des futurs professionnels. Les réseaux sociaux ont complétement révolutionné la manière dont les gens organisent leur destination de vacances. Des nouveaux métiers sont nés autour du data-tourisme. Par exemple, aujourd’hui l’hôtellerie restauration recrute des revenue-managers qui vendent au meilleur prix les services de l’hôtel pour atteindre une rentabilité maximale. Aussi, de par notre analyse et notre expertise, nous travaillons main dans la main avec les structures de formation pour proposer des cursus qui tiennent compte des évolutions et des besoins du marché.

Le tourisme offre donc toujours de belles perspectives d’embauches ? En effet et le souhait est de connaître une montée en puissance du développement du tourisme. Les perspectives attendues sont de 100 millions de touristes en France en 2020 contre 80 aujourd’hui. Il y a et il y aura des besoins. Et ce à tous les niveaux comme dans l’accueil, l’accompagnement des personnes. Le slow tourisme, par exemple, qui privilégie le contact, le local, s’inscrit pleinement dans ce besoin de prise en charge des touristes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :