Sud Ouest – Effet LGV en Charente

photo 2

Effet LGV en Charente : un frémissement, pour le moment

Attractivité – Avec l’arrivée de la LGV, les acheteurs parisiens ou bordelais commencent à se tourner vers La Charente. Ce n’est pas un raz de marée mais les choses bougent. Avec un prix de l’immobilier bas, des taux d’intérêt faibles et une qualité de vie agréable, le département affiche des atouts qui séduisent

Depuis juillet, Angoulême n’est plus qu’à seulement 35 minutes de Bordeaux et 1 h 42 de Paris en train.  Avec la LGV, les temps de trajets rendent aujourd’hui possible des allers-retours à la journée dans ces deux villes. De quoi donner l’idée aux citadins, fatigués et stressés par le rythme de ces grandes villes et assommés par une inflation galopante du prix de l’immobilier, de venir s’installer en Charente.

Mais qu’en est-il réellement de cet effet LGV tant attendu ? Tous les professionnels du secteur s’accordent à dire qu’effectivement l’effet LGV se fait sentir, « mais ce n’est qu’un frémissement pour le moment », note Matthieu Fontaine, président délégué de la FNAIM en Charente. 

Des prix bas

La Charente avance de beaux atouts en matière d’immobilier :  des prix bas et une diversité des biens disponibles. Il faut compter entre 800 € à 1500 € le m2 sur Angoulême contre 4000 € le m2 à Bordeaux et près de 8500 € le m2 à Paris. Le prix médian d’une maison en Charente est estimé à 120 000 €. « Pour le prix d’un appartement T2 à Bordeaux, soit 250 000 €, il est possible de s’offrir sur Angoulême une maison de 150 m2 avec trois chambres et jardin dans l’hyper-centre. » Sans oublier la qualité de vie qu’offre la ville. Dernièrement le « Baromètre de l’attractivité et du dynamisme des métropoles françaises », réalisé par Arthur Loyd, classe Angoulême comme la métropole de 100 000 à 200 000 habitants la plus attractive de France (festivals, environnement…).

Les premiers à avoir réagi sont les parisiens, principalement pour l’achat de résidences secondaires. Leurs attentes : des maisons de ville sur le plateau, dans le quartier de la gare, et notamment le quartier de l’Houmeau qui va connaître une complète transformation, ou dans l’agglomération d’Angoulême à proximité de toutes les commodités. Les demeures de type charentais dans le sud ou dans des zones comme Barbezieux ou Cognac sont également recherchées. « Dernièrement, j’en ai vendu une dans ce secteur de 300 m2 avec 1,2 hectares de terrain et des dépendances à 270 000€, précise Françoise Monnereau, de l’agence Monnereau immobilier située à Barbezieux. J’estime ma hausse d’activité avec cette nouvelle clientèle à 15 %. »

La LGV va changer les repères

S’agissant des actifs qui quittent leur ville pour venir s’installer ici, les cas sont plus rares. « Il faudra du temps, note Olivier Rolot de l’agence Real Invest d’Angoulême. La LGV va certes changer les repères, elle va contribuer à ce que les gens adoptent une nouvelle façon de travailler, de circuler, mais cela se fera dans la durée ».

Si quelques parisiens semblent aujourd’hui sauter le pas, du côté des bordelais plusieurs freins bloquent la démarche. Le premier est psychologique. « Ils ont du mal à passer la Garonne, note Karine Chaurriaud de Leggett Immobilier. Le second, porte sur l’incompatibilité des horaires de la LGV avec ceux des horaires de travail notamment le matin. Tant que les futurs acheteurs n’auront pas une plus grande visibilité sur le renforcement de l’offre TGV, ils feront difficilement la démarche »,

Pas de hausse de prix

D’une manière générale la demande est là et l’activité immobilière est plus marquée. « Pour le moment ça n’a pas d’effet sur les prix, nous pouvons répondre à toutes les demandes mais indubitablement plus la demande sera forte, plus les prix vont augmenter et plus particulièrement sur les biens les plus recherchés type maisons charentaises avec du terrain et dans les secteurs les plus prisés, souligne Frédéric Bonneau, de l’agence AVI Franimmo. C’est donc le moment d’acheter d’autant que les taux d’intérêt sont très faibles, comptez 1 % sur un prêt à 10 ans. »

 

Les investisseurs lorgnent sur La Charente

Opportunités – En matière d’investissements locatifs, le marché semble sur de bons rails. Avec la concrétisation du quartier d’affaires plusieurs sociétés se sont d’ores et déjà positionnées pour investir sur Angoulême

 A l’heure actuelle, du côté des investissements locatifs, le frémissement est plus marqué aussi bien venant des investisseurs locaux que ceux de Paris ou de Bordeaux. La demande porte principalement sur les maisons. « Il y a une pénurie sur Angoulême pour ce type de bien. Ils n’ont donc aucun problème pour louer, précise Olivier Rolot de l’Agence Real Invest. Et le retour sur investissement est bien meilleur que sur Paris ou Bordeaux, du fait du faible prix des maisons ». Les secteurs visés : le quartier gare et l’Houmeau bien évidemment mais aussi les communes de la communauté de communes. Olivier Rolot note toutefois que pour que le marché immobilier soit pérenne, « il faut que l’emploi soit une locomotive. »

Angoulême un barycentre

C’est par ce constat et dans un souci d’attractivité du territoire que les élus se sont mobilisés afin d’anticiper la venue de la LGV par un réaménagement du quartier de la gare, en s’appuyant sur un double pilier : les logements mais aussi la création d’un quartier d’affaires dans l’optique de faire venir des entreprises sur le territoire.

Le projet du quartier d’affaires sur l’ilot Renaudin, qui sera réalisé par le promoteur Redman, porte sur la création de 6500 m2 de bureaux, dont 2500 m2 seront réservés au service de développement économique du Grand Angoulême, 2000 m2 mise en location et 2000 m2 à la vente. Le tout sera complété par l’édification d’un hôtel 3 étoiles de 90 chambres. « La commercialisation des m2 de bureau (prix estimé à 135 € le m2) ne démarrera qu’au printemps 2018, mais d’ores et déjà nous avons des promesses d’installation de la part de belles sociétés bordelaises qui souhaitent installer une succursale ici, précise Hervé Le Naour, directeur général Redman Atlantique. Aujourd’hui, Angoulême apparaît comme un barycentre entre Paris et Bordeaux. Ce qui les attire : la facilité d’accès et les liaisons possibles dans la journée. » Cette réalisation était conditionnée par la construction de la passerelle au-dessus des lignes SNCF pour relier le quartier à la gare. Elle sera opérationnelle officiellement mi-novembre 2018.

Les travaux du quartier d’affaires devraient démarrer en septembre 2018 pour une livraison en mars 2020.

Légende photo : Le futur quartier d’affaires dans le prolongement de la médiathèque Alpha

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :