Numérique emploi et formation journal Sud Ouest

p.10-11 Illustration générale formation informatique (PhQ)

Le numérique en puissance

En évolution constante, le secteur du numérique et un de ceux de l’économie qui recrute le plus aujourd’hui. Etat des lieux des formations, du marché et des opportunités offertes aux futurs diplômés

La transformation numérique des entreprises est en marche et va demander de nouvelles compétences, de nouveaux métiers et donc une élévation des compétences. A l’heure actuelle un emploi sur 4 qui se crée est lié au numérique. Les embauches dans le secteur ont augmenté de 10 % entre 2014 et 2015, trois fois plus que dans les autres secteurs. Et les perspectives sont très encourageantes : 191 000 postes devraient être à pourvoir d’ici 2022(1).

Des postes non pourvus

Cette dynamique s’exprime également au niveau local, mais elle souligne une autre problématique : «  Les entreprises peinent à trouver des candidats, note Alexis Nault, chef de projet performance au sein du SPN, association qui fédère 120 professionnels du numérique du Poitou-Charentes et travaille à la valorisation de la filière numérique régionale.  Une pénurie qui s’explique par un manque de lisibilité des métiers de ce secteur et de l’image parfois véhiculée : des entreprises peuplées de geeks ne communiquant qu’avec leur ordinateur. » Les emplois du secteur évoluent, et avec eux le profil des salariés. « Aimer l’informatique et les nouvelles technologies constituent les critères de base, mais les métiers du numérique demandent de plus en plus de compétences diversifiées notamment en communication car la relation avec les clients est partie intégrante du métier mais aussi en marketing, en juridique… » 

Toute la difficulté de ce secteur, en pleine évolution, est d’afficher une vision claire de la grande variété des métiers aux noms souvent barbares. « Cela n’aide pas à attirer des jeunes qui peuvent être hésitants. On peut regrouper les métiers au sein de quatre grandes familles : Le développement informatique (chef de projet web, développeur web, webdesigner…); réseaux et télécom (administrateurs de réseaux, gestionnaires de bases de données…); communication multimédia (marketing, communication et vente, webmarketeur…) ; conseil et formation (juriste internet, expert en sécurité…). » Aujourd’hui les grosses attentes en terme d’emplois portent sur le développement et l’administration de réseaux, « les coeurs du métier ».

Les formations répondent aux attentes

« Les formations au niveau local répondent globalement aux attentes des recruteurs avec une diversité de diplômes allant  des titres professionnels jusqu’à l’école d’ingénieur, en passant par les BTS, les DUT, les licences et masters. » Certains sont très spécifiques, notamment le master Jeux et Médias Interactifs Numériques d’Angoulême, unique master universitaire en France dans le domaine du jeu vidéo, et d’autres vont être amenés à évoluer notamment à l’Université de La Rochelle avec la nouvelle maquette pédagogique attendue pour 2018. « A côté de la licence pro Création multimédia, qui elle n’évoluera pas, la licence informatique offrira à partir de la deuxième année des colorations dans le domaine de la biologie, des mathématiques et du génie-civile, précise Bernard Besserer, responsable du département informatique à l’Université de La Rochelle. Quant aux masters ICONE(2), il n’y en aura plus que deux. L’un sur le Big data, un secteur en plein évolution, et le second sur l’ingénierie des systèmes d’information. »

Dans une logique de lisibilité, l’Université de La Rochelle réfléchit également à regrouper au sein d’une seule et même entité, sous l’intitulé l’Ecole du Web, l’ensemble des licences pro qui gravitent autour du numérique. « L’objectif est d’offrir une porte d’entrée unique avec une approche, non plus par thématique, mais par métiers. »

« Des métiers qui n’existent pas encore »

Au niveau local, qui compte surtout des PME et TPE, les attentes portent surtout sur des diplômés de bac +2 à Bac +3.  « Nous avons besoin de candidats opérationnels rapidement, souligne Jean-Marc Gaignard de l’agence Raccourci de La Rochelle, spécialisée dans le e-tourisme. C’est un secteur où les évolutions d’emploi sont très rapides. L’expérience professionnelle compte autant que les diplômes. »

Les grosses structures sont, quant à elles, plus en attente de niveaux d’études supérieures équivalent à un Master ou à ingénieur car la complexification des technologies obligent à rechercher des profils spécialisés.

« Mais quoi qu’il en soit, les candidats qui réussissent dans ce secteur affichent les mêmes qualités : la curiosité et la capacité de se remettre en question. Le numérique demande à se former tout au long de la vie. Dans 10 ans, les étudiants actuels exerceront des métiers qui n’existent pas encore avec l’évolution de certaines technologies comme l’intelligence artificielle, la réalité virtuelle ou encore les jumeaux numériques », conclut Alexis Nault.

1) Enquête « Besoins en main-d’oeuvre des entreprises 2016 » réalisé fin 2015 par Pôle Emploi avec le concours du Crédoc sur les besoins en main-d’oeuvre des entreprises

2) Ingénierie des contenus numériques en entreprises (ICONE)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :