Dossier : Prise en charge de la grossesse

chu

Dossier de neuf pages sur la prise en charge de la grossesse au CHU de Poitiers

Grossesse : répondre à toutes les attentes

De la procréation assistée médicalement à l’accouchement le plus naturel qu’il soit, le CHU apporte une réponse à toutes les attentes des femmes par un accompagnement et un suivi adapté mais aussi par une qualité d’accueil optimum avec la modernisation de sa maternité.
Classé Maternité de type III, l’établissement fait également face aux situations les plus compliquées dans les cas de grossesses pathologiques ou lors d’accouchements de prématurés.

Au premier et deuxième étage de la tour Jean-Bernard, une petite révolution est en marche avec la restructuration complète de la maternité. Finis, les couloirs de couleur jaune passé, bruyant, à la peinture écaillé, les chambres aux équipements vieillissants… Elle offre depuis début octobre, notamment au deuxième niveau, 1ère phase de cette modernisation, un tout autre visage. « Ce n’était pas du luxe, les derniers travaux avaient été réalisés en 1991, la structure ne correspondait plus du tout aux attentes des patientes », précise Ghislaine Marcault, cadre supérieur de santé au pôle Femme-mère-enfant.
Cette rénovation a été menée pour privilégier le confort des mamans et des enfants : des chambres individuelles plus grandes redonnant toute la place au conjoint, des teintes plus chaudes et contemporaines aux murs, des sols imitation parquet, des sanitaires plus spacieux avec une douche à l’italienne, le matériel médical plus discret intégré à la tête de lit, des lumières réglables en intensité… « Le souhait est que les couples se sentent comme à la maison. » Un important travail a également été mené sur l’acoustique. « Les mamans n’entendent plus les autres enfants pleurer et les bruits du couloir. Ce qui favorise le repos et une meilleure récupération. »
En terme de service, plusieurs prestations ont été repensées. Les mamans bénéficient désormais d’un petit-déjeuner sous forme de buffet qu’elles prennent soit dans leur chambre soit dans un espace restauration d’échange et de convivialité qui jusqu’ici n’existait pas. L’unité comprend également une salle de pré-travail, dit espace « zen ». Aménagé avec une grande baignoire et équipé de luminothérapie et de musicothérapie, ce lieu permet aux futurs mamans de se détendre de se relaxer et de mieux gérer la douleur.
Mieux équipée, plus agréable et plus ergonomique, l’unité apporte aussi pour le personnel un confort de travail indéniable. Les travaux de la deuxième aile, qui comptera également 19 chambres, viennent de débuter et devraient être livrés en septembre 2016.
Conforter l’engagement autour des grossesses physiologiques
Mais avant que les femmes ne poussent la porte de cette maternité nouvelle génération, elles trouvent au CHU une structure qui peut les accompagner durant toute leur grossesse.
Connu pour son rôle de maternité de type 3 – caractérisée par ses unités de réanimation néonatale et pédiatrique, de diagnostic anténatal et de réanimation adulte qui lui permette d’assurer la prise en charge des grossesses à haut risque, des très grands prématurés et des pathologies graves (voir encadré « les trois niveaux de maternité ») – le CHU s’affirme aussi comme une maternité de proximité qui prend en charge les grossesses physiologiques, c’est-à-dire, celles qui se déroulent normalement. Une fonction qu’il souhaite d’autant plus conforter par ces nouveaux aménagements.
Ce que le CHU avait déjà fait en 2010 suite à un changement de pratiques en matière d’accompagnement des patientes. En effet, depuis cette date, il offre la possibilité aux futures mères d’être suivies dès leur début de grossesse et non plus à partir de la 34ème semaine comme c’était le cas auparavant. « Ce qui permet de proposer une continuité dans le suivi tout au long de la grossesse », précise le professeur Fabrice Pierre, chef de Pôle Femme-mère-enfant. Et celui-ci est complet : consultation pré et postnatales, les échographies (voir encadré : Réunions d’informations sur les enjeux de l’échographie du 1er trimestre), les séances de préparation à la naissance… « Ces différents examens permettent de repérer les situations de pathologies foetales avérées ou sous-jacentes et les pathologies maternelles afin de proposer des modalités de surveillance ou d’intervention adaptées, si besoin. »
Cette approche physiologique s’exprime aussi clairement avec l’ouverture en 2012, de la salle nature (voir encadré) à mi-chemin entre les salles médicalisées et l’accouchement à domicile. « Ce qui correspond à la demande actuelle des patientes pour une moindre médicalisation de l’accouchement avec toutes les garanties de sécurité. »
Le réaménagement de la maternité ne s’est pas arrêté à la décoration des locaux, un important travail a été mené avec l’équipe des sages-femmes sur l’accessibilité des rendez-vous. Tout d’abord par la mise en place d’un numéro de téléphone dédié (05 49 44 32 44) mais aussi et surtout par une augmentation des amplitudes de travail. « Le but est de proposer aux couples un nombre de créneaux de rendez-vous plus nombreux mais aussi et surtout plus tard le soir et le samedi matin, aussi bien pour les consultations classiques que les échographies, afin de permettre aux conjoints ou aux accompagnants d’être présents », poursuit Ghislaine Marcault.
Avec cette organisation, le CHU, qui s’inscrit dans le cadre d’un réseau de santé périnatal, offre ainsi la liberté aux couples d’organiser leur suivi de grossesse comme ils le souhaitent. « Nous pouvons effectivement être une structure référente à des moments variables de la grossesse d’une femme. Certaines recherchent l’environnement de sécurité d’une maternité de type III qu’offre le CHU », note Fabrice Pierre.
Un rôle de proximité que le CHU assume aussi pleinement dans la collaboration avec l’hôpital de Montmorillon. En faisant intervenir des médecins de gynécologie-obstétrique du CHU au sein de cette structure, il permet à la population locale de bénéficier de consultation de suivi de grossesse, gynécologique, échographique, de planification familiale…, que le territoire n’offre pas par une absence de professionnels dans ce domaine. « C’est un réel service rendu aux habitants. »
AMP : un recours dans un projet de grossesse
Pour certains couples, le parcours au sein de l’établissement commence bien en amont du suivi de grossesse. En effet, confrontés à l’impossibilité de donner naturellement la vie, ils doivent avoir recours au centre d’assistance médicale à la procréation (AMP) du CHU.
Un couple est considéré comme infertile s’il n’a pas pu concevoir d’enfant après 12 à 24 mois de tentatives. Après un an de tentatives sans contraception, 18 % à 24 % des couples restent sans enfant, selon l’enquête nationale périnatale (ENP) et l’Observatoire épidémiologique de la fertilité en France (Obseff). Après deux ans, les couples toujours en attente d’une grossesse sont encore 8 % à 11 %.
Le recul de l’âge des femmes désirant concevoir un premier enfant est une cause importante d’infertilité et de recours à l’AMP. Après 38 ans, le stock de follicules commence à s’épuiser et les ovocytes sont de moins bonne qualité, entraînant une augmentation du risque d’infertilité.
Dans environ 15 % des cas, cette incapacité est inexpliquée. Dans d’autres cas, elle est liée à une altération de la qualité de sperme chez l’homme (nombre et/ou mobilité des spermatozoïdes), à un trouble de l’ovulation ou encore à un problème de trompes chez la femme. Il s’agit aussi souvent de problèmes de fertilité concernant les deux membres du couple.
De récents travaux de l’Institut de veille sanitaire montrent par ailleurs une tendance à la baisse de qualité du sperme chez les hommes représentatifs de la population générale. Indépendamment des causes génétiques ou constitutionnelles, il existe des facteurs environnementaux pour expliquer cette tendance : le surpoids, le tabagisme, ou encore l’obésité.
« C’est pourquoi avant d’aborder le côté technique, la prise en charge s’appuie sur un travail d’écoute du couple pour connaître leur passé, leurs antécédents médicaux, précise le docteur Titia N’Diaye, responsable de l’unité d’AMP. On s’attache aussi à connaître la consommation des toxiques, notamment du tabac. Dès la première consultation, nous mesurons le CO fixé par l’hémoglobine (HbCO). » Durant la prise en charge, les couples sont invités à consommer moins de cinq cigarettes par jour voire d’atteindre le sevrage. « Pour ce faire, nous travaillons en lien avec l’unité de sevrage tabagique du CHU. »
Autre facteur de risque pouvant avoir un retentissement obstétrical fort : l’obésité. « En effet, l’obésité féminine peut entraîner des complications dans l’organisation des traitements, diminuer des chances d’implantation et avoir un impact sur le bon déroulement de la grossesse. » Dans la même logique que pour le tabac, l’unité travaille en réseau avec les médecins nutritionnistes de la région concernant le surpoids ou, pour les cas plus sévères, avec le Centre Régional Spécialisé de l’obésité du CHU.
Ensuite, l’unité réalise un bilan complet : dosage hormonal, échographie pelvienne, radiographie des trompes, spermogramme de base. « Nous nous efforçons d’avoir une prise en charge très centrée sur les patients. Nous accueillons des personnes qui viennent avec beaucoup d’espérance mais c’est une démarche longue et qui n’est pas forcément couronnée de succès. Nous avons une psychologue au sein de l’équipe qui accompagne les couples dans toutes leurs démarches. » Cette dernière peut aussi être amenée à faire des évaluations psychologiques avant une prise en charge en AMP.
L’an dernier le centre a accueilli plus de 1000 femmes en consultation, chiffre sans cesse en augmentation, et plus de 350 ponctions ont été réalisées.
Le choix du mono-embryonnaire
L’unité à recours à un panel de techniques qui va de l’insémination intra-utérine à la fécondation par micro injection intra cytoplasmique du spermatozoïde en passant par la fécondation in vitro. Mais le parti pris, ce qui fait la spécificité de Poitiers depuis 2008, est de privilégier, le transfert mono-embryonnaire, c’est à dire le transfert d’embryon 1 par 1, notamment chez les patientes jeunes. Objectif : réduire le risque de grossesses gémellaires dans une logique de qualité et de santé de l’enfant. « Les grossesses gémellaires sont la cause de plus d’1/3 de naissances d’enfants prématurés. Lorsque l’on sait que la technique d’insémination classique multiplie par deux le risque de grossesses multiples, l’impact est loin d’être neutre », précise le professeur Fabrice Pierre.
Ce dernier reconnaît qu’avec le transfert mono-embryonnaire, les chances de fécondation sont certes plus limitées mais pour lui le succès ce n’est pas la grossesse en tant que telle. « Le but majeur est que la grossesse se déroule avec le moins de complication possible donnant un enfant en bonne santé qui n’a pas besoin de soin. »
Malgré tout, les résultats ne sont pas neutres. En moyenne, un couple sans problème de fécondité a 25 % de chance d’avoir un enfant. Aujourd’hui l’unité arrive à atteindre un taux de 30 %.
L’insémination intra-utérine est malgré tout une indication maintenue notamment sur les infertilités liées à des problématiques ovulatoires ou à des anomalies spermatiques à minima. « Elle reste une technique plus légère, moins invasive », souligne le docteur Titia N’Diaye. L’unité peut également mettre en oeuvre la fécondation in vitro par micro injection intra cytoplasmique du spermatozoïde (FIV ICSI), « lorsque qu’il y a eu des échecs d’une fécondation in vitro classique et que l’on est confronté à des anomalies spermatiques ». Cette technique consiste à injecter directement un spermatozoïde dans l’ovocyte. Seuls quelques spermatozoïdes mobiles sont nécessaires.
Endométriose, une des causes d’infertilité
L’infertilité chez la femme peut être liée à une maladie bénigne qui nécessite une approche médicale ou chirurgicale : l’endométriose. Maladie pour laquelle le CHU de Poitiers est centre de référence au niveau régional« On la retrouve fréquemment chez celles ayant des problèmes de procréation », note le professeur Xavier Fritel, responsable du secteur de chirurgie gynécologique. Chaque mois, un staff multidisciplinaire réunissant la chirurgie gynécologique et l’unité AMP se réunit pour discuter des cas et de l’approche des traitements à adopter.
L’endométriose est une maladie mal connue dont le diagnostic est compliqué, touchant le péritoine, et qui concerne les femmes en âge de procréer : 5 à 10% y sont sujettes. Elle débute très souvent dès les premières règles et dans l’immense majorité des cas ne va pas plus loin que la ménopause. Elle se caractérise principalement par des douleurs plus ou moins fortes. «Avoir mal pendant les règles est quelque chose de fréquent, toute la difficulté est de savoir si la douleur est normale ou pas. L’endomètre est le tissu qui tapisse l’utérus. Sous l’effet des hormones (oestrogènes), au cours du cycle, l’endomètre s’épaissit en vue d’une potentielle grossesse. S’il n’y a pas fécondation, il se désagrège et saigne. Chez la femme souffrant d’endométriose des cellules vont remonter et migrer via les trompes pour coloniser certains organes et vont provoquer des lésions au niveau de ces organes. Ces inflammations et irritations tissulaires peuvent alors perturber la maturation de l’ovule, l’ovulation et la fécondation de l’ovule. »
Deux remèdes sont possibles : le traitement médical qui consiste à bloquer les règles, mais il ne permet plus aux femmes d’être enceinte, ou le traitement chirurgical qui consiste à enlever les lésions. « Mais il s’agit de ne pas être trop mutilant afin de ne pas enlever les organes qui servent à la reproduction, poursuit Xavier Fritel. C’est une chirurgie qui peut être lourde, plusieurs spécialités sont amenées à intervenir comme les radiologues, les gastro-entérologues, les urologues et demande un plateau technique important. »
Après une chirurgie et en l’absence de tout autre problème de fertilité, il est possible que la grossesse débute naturellement. Si par contre d’autres problèmes existent ou si l’endométriose récidive, le couple, souhaitant avoir des enfants, est alors dirigé en procréation médicalement assistée.
Périnéologie : répondre aux conséquences de l’accouchement
On retrouve aussi cet aspect médical et chirurgical après la grossesse pour traiter les conséquences de l’accouchement. « Près de 20 % des femmes qui ont accouché, même normalement, peuvent être concernées à plus ou moins long terme par diverses pathologies : fuite urinaire, anale, urgenturie ou prolapsus génital (plus communément appelé descente d’organe). » Les prises en charges seront, en fonction des problèmes rencontrés, médicales, physiques, notamment par de la réadaptation ou de l’électro-stimulation, ou chirurgicales. Depuis la création en 2014 du centre de pelvi-périnéologie, le traitement de ces maladies est abordé de façon multidisciplinaire car les troubles perturbent fréquemment le fonctionnement de plusieurs organes. L’intérêt : offrir une plus grande expertise et un parcours de soins simplifié pour les patientes.
« Certaines femmes, n’ayant pas été enceintes ou souhaitant avoir encore des enfants, peuvent être confrontées au prolapsus génital, alors qu’il touche en majorité les femmes plus âgées. Afin de leur donner toutes les chances de procréer dans de bonnes conditions, nous pouvons être amenés à intervenir chirurgicalement en effectuant une promontofixation. »
Face aux problèmes engendrés par l’accouchement une question peut être soulevée : Est-ce que la voie basse ne crée pas plus de désordres pathologiques que la césarienne ? Xavier Fritel reconnaît que le débat est ouvert. « Mais aujourd’hui rien ne permet d’affirmer que l’une ou l’autre des méthodes encouragerait les troubles ou favoriserait une certaine forme de protection. L’accouchement naturel pourrait être un marqueur de risque, mais pas un risque direct. C’est-à-dire que les femmes qui accouchent naturellement auraient les tissus plus souples, elles dilateraient plus facilement, elles auraient ainsi un terrain plus propice au risque de descente d’organe. » Un projet de recherche va être déposé prochainement par le professeur Fritel pour permettre de répondre à cette question.
Grosses pathologiques : entre suivi et interventions
Et parfois, il arrive qu’une grossesse rencontre des événements qui comportent des risques soit pour la mère, soit pour l’enfant ou encore pour les deux, c’est ce qu’on appelle les grossesses pathologiques. Les complications les plus fréquentes sont le diabète gestationnel et l’hypertension (pré-éclampsie). Conséquences : un risque accru de prématurité et de retard de croissance intra-utérin, lesquels peuvent entraîner des déficiences intellectuelles, motrices, pulmonaires ou métaboliques chez l’enfant à naître, et des pathologies se déclarant à l’âge adulte. C’est dans ces situations que le CHU joue pleinement son rôle de recours par un suivi médical spécifique.
Mais avant de tels épisodes, le CHU s’efforce d’avoir un rôle de prévention en amont de la grossesse auprès des futurs parents à risque, comme l’explique le docteur Martine Dugué-Maréchaud médecin coordinateur du Centre Pluridisciplinaire de diagnostic pré-natal (CPDNP) : « Lors d’un projet de grossesse, les couples ayant des facteurs de risque devraient s’inscrire à une consultation de préconceptionnelle dont le but est de repérer les situations pathologiques. Malheureusement, aujourd’hui trop peu de couples y ont recours. » Pourtant plusieurs situations l’imposeraient : le diabète, l’hypertension, les maladies rénales, les incompatibilités rhésus, les personnes ayant subi une chirurgie de l’obésité ou qui prennent des médicaments pour l’épilepsie… L’intérêt de cette consultation est aussi d’éliminer ou diminuer tous les travers du quotidien : la cigarette, la consommation d’alcool, la sédentarité…
« Nous conseillons également à ces personnes à risque de venir au CHU dès leur premier mois de grossesse, par sécurité pour la mère et l’enfant, afin d’ouvrir un dossier mais aussi pour faire en sorte que les modalités de suivi de grossesse puissent être posées. Car en cas d’urgence, en ayant un minimum d’information, nous serons à même d’assurer une meilleure prise en charge. » Sur les 2500 grossesses au CHU, 20 % sont jugées à risque.
Lors de pathologies survenant en cours de grossesses, le CHU met alors en oeuvre un certain nombre de pratiques médicales ayant pour but de détecter chez l’embryon ou le foetus in utero des maladies particulièrement graves d’origine génétique, infectieuse : c’est le diagnostic prénatal. L’objectif est de pouvoir ainsi proposer aux parents de soigner l’enfant à naître.
Cette prise en charge se fait dans le cadre d’un staff multidisciplinaire, il s’agit du centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal (CPDPN) qui regroupe un ensemble de professionnels concernés par la pathologie foetale : gynécologues-obstétriciens, diabétologues, des médecins de médecine interne, des cardiologues… Il fonctionne en réseau avec l’ensemble des maternités de la région et se réunit chaque semaine afin d’adapter le suivi et le traitement suivant chaque cas. Un certain nombre d’examens diagnostics peuvent ainsi être préconisés : biopsie de trophoblaste, amniocentèse, prélèvement de sang foetal, IRM foetales…
Etant une maternité de type III, et disposant d’un plateau technique important, le CHU prend en charge les pathologies les plus sévères : les chirurgies néonatales, les hauts risques hémorragiques, les patientes à haut risque anesthésique…
D’autres affections, par leur gravité et leur caractère incurable, amèneront l’équipe pluridisciplinaire de diagnostic prénatal à engager, après information au couple, une interruption médicale de grossesse (encadré par la loi de bioéthique). « Dans ces cas, nous proposons un accompagnement psychologique de façon à ce que les parents expriment librement leur ressenti et soient aidés dans leur réflexion de poursuivre ou non la grossesse. »
Et dans les situations d’urgence, toute une organisation est mise en oeuvre par le réseau périnatalité pour assurer les transferts prénataux sur le territoire afin que la mère et l’enfant puissent bénéficier des soins appropriés au bon endroit. « Tous les cas d’urgences ne nous sont pas adressés, précise le docteur Martine Dugué-Maréchaud, les transferts se font en fonction de la proximité du centre hospitalier et de sa capacité à répondre à cette urgence, le territoire compte plusieurs maternités de type I et II. Par contre, toutes celles nécessitant un plateau technique spécifique et une réanimation néonatale, sont forcément dirigées au CHU. Nous sommes le seul centre, étant une maternité de type III, à pouvoir accueillir les prématurés de moins de 32 semaines ou de moins de 1500 gr, quelle que soit la cause. »
Le CHU peut ainsi faire face à l’accueil de n’importe quel nouveau-né : celui en bonne santé qui reste auprès sa maman ou les prématurés qu’il faut accompagner en respectant leur rythme, jusqu’à ceux souffrant de pathologies et qui ont besoin de soins en service de néonatologie ou en réanimation.
« Mais quelle que soit la situation, le souhait est vraiment de favoriser le mieux-être des bébés, souligne Ghislaine Marcault. Ce qui est le cas aujourd’hui pour les naissances physiologiques avec la nouvelle maternité mais aussi auprès des prématurés avec l’approche individualisée du programme Nidcap (en français : programme néonatal individualisé d’évaluation et de soins de développement) déployé depuis 2014 au sein du CHU. » Ce programme consiste à ce que le soignant ne soit pas centré sur le soin mais sur l’enfant en faisant en sorte de ne pas déranger les cycles du nouveau-né par une attention à l’environnement sonore et lumineux en veillant à fermer la porte de la chambre, à éteindre la lumière… « Ce programme s’inscrit pleinement, comme pour la prise en charge des futures mamans, dans l’esprit de ne pas systématiquement privilégier la médicalisation », conclut le professeur Fabrice Pierre.

Les encadrés

La vitrification embryonnaire conforte le transfert mono-embryonnaire
Depuis 2013, le CHU de Poitiers met en oeuvre une nouvelle technique de congélation ultra-rapide des embryons : il s’agit de la vitrification embryonnaire.
Cette technique permet, en comparaison avec celle dite de congélation lente autrefois utilisée, de limiter de manière drastique la formation de cristaux de glace à l’origine de la dégradation de l’embryon lors du cycle de congélation/décongélation. « Avec l’ancien procédé, lors de la décongélation, 7 embryons sur 10 pouvaient être perdus, précise le docteur Titia N’Diaye, responsable de l’unité d’AMP. Dorénavant, ils sont décongelés 1 par 1 en faisant baisser très rapidement la température. Le taux de survie des embryons est beaucoup plus important : plus de 90 % »
Cette nouvelle technique est une réelle avancée : « Elle participe à limiter le nombre d’embryons transférés car l’on peut proposer aux patientes de congeler plus d’embryons transférables ce qui conforte le transfert embryonnaire unique. Les chances de réussite par tentative sont alors plus importantes car nous disposons de plus d’embryons à bon potentiel après la décongélation. »
Autre atout, et pas des moindres, la vitrification évite de recourir à d’autres ponctions ovocytaires après stimulation « qui reste une réelle épreuve pour une femme et qui n’est pas sans risque », note le professeur Fabrice Pierre.

 
AMP : Une pratique très encadrée
La loi de bioéthique de 1994 encadre la pratique des techniques d’assistance médicale à la procréation (AMP). L’AMP n’est admise qu’au sein de couples qui répondent aux exigences suivantes : Il s’agit de couples hétérosexuels mariés ou concubins vivant ensemble depuis plus deux ans. Le couple doit être en âge de procréer.
L’AMP ne peut se pratiquer que sur la femme du couple infertile, ce qui exclut les mères porteuses ou prêts d’utérus. En cas de double stérilité, le recours à un double don de gamètes n’est pas possible. Seul peut être proposé dans ce cas le don d’embryon.
L’Agence de Biomédecine doit être informée de chaque étape du processus de procréation de la stimulation jusqu’à la naissance de l’enfant.
Les embryons issus d’une fécondation in vitro, non transférés dans l’utérus de la mère, sont conservés par congélation. C’est au couple de décider de la suite : tous les ans, pendant 5 ans, les médecins doivent demander au couple, par écrit, ses intentions. Le couple peut choisir de poursuivre la conservation des embryons en vue de concevoir un autre enfant plus tard. Si le couple n’a plus de projet parental, ou en cas de décès de l’un des membres du couple, trois solutions sont alors ouvertes : donner les embryons à un couple qui ne peut pas avoir d’enfant autrement (accueil d’embryon) ; consentir à ce que les embryons fassent l’objet d’une recherche sous le strict encadrement de la loi ; mettre fin à la conservation des embryons.

 
Salle nature : le choix d’accoucher autrement
Pour les femmes qui souhaitent accoucher de façon naturelle, le CHU de Poitiers dispose depuis 2012 d’une salle dite « nature ». D’un type nouveau, elle se rapproche plus d’une chambre « comme à la maison » que d’une salle de travail traditionnelle : lumière douce, musique au choix, large baignoire d’angle pour la relaxation, grand lit, siège double avec des lianes pour une meilleure gestion de la douleur, ballon pour changer de position…
« La différence avec une salle conventionnelle porte aussi sur les gestes qui ne sont pas systématiques et moins invasifs, souligne Ghislaine Marcault, cadre supérieur du pôle Femme-mère-enfant. Contrairement aux accouchements « traditionnels », les futures mères bénéficient d’une autonomie. Pendant le travail, elles ont la possibilité de bouger comme elles le souhaitent. Le père a aussi une place de choix, il est véritablement acteur. » Les accouchements peuvent se faire dans différentes positions : sur le côté, à quatre pattes, assise…
Malgré son approche naturelle, le lieu offre un environnement sûr car il se situe au sein du service de gynécologie-obstétrique. « Au moindre souci, nous dirigeons la femme dans une salle conventionnelle. »
La condition pour prétendre à la salle nature : ne présenter aucun signe clinique particulier. « Nous le proposons systématiquement à celles qui répondent à cette exigence », précise Ghislaine Marcault.
Mais entre le souhait d’accoucher naturellement exprimé par certaines et la réalité, il y a un vrai pas que peu franchissent. A l’heure actuelle, seules 5 % des femmes qui accouchent au CHU optent pour la salle nature, ce qui représente une centaine d’accouchements.

 
Les trois niveaux de maternités
En France depuis 1998, les maternités sont classées en trois catégories : niveaux 1, 2, 3. Il ne s’agit pas de critères de qualité mais du niveau de soins qu’elles assurent pour les nouveau-nés.
Les maternités de niveau 1 :
– Elles disposent seulement d’une unité d’obstétrique. L’équipe médicale et le plateau technique sont tout à fait au point pour la prise en charge des grossesses normales. Elles ont aussi toute l’infrastructure nécessaire en cas de césarienne ou pour les soins de réanimation au nouveau-né si besoin.
Les maternités de niveau 2 :
– Elles disposent d’une unité d’obstétrique et de néonatalogie (service de pédiatrie spécialisé pour les nouveau-nés).
– Elles permettent la prise en charge des grossesses à risque modéré et des nouveau-nés nécessitant une surveillance particulière, mais pas de soins en réanimation.
– Elles sont subdivisées : les maternités de niveau 2A accueillent les bébés nés à partir de 32 semaines d’aménorrhée (SA) avec un poids d’au moins 1 500 g ; le niveau 2B correspond aux soins intensifs.
– Elles prennent en charge des nouveau-nés entre 30 et 32 SA, pesant entre 1000 et 1500 g qui n’ont pas besoin d’être intubés.
Les maternités de niveau 3 :
Ces maternités disposent d’une unité d’obstétrique, d’une unité de néonatalogie et d’une unité de réanimation néonatale.
– Elles prennent en charge des grossesses à haut risque et des nouveau-nés présentant des détresses graves et n’ayant pas d’autonomie respiratoire.
– Elles accueillent des enfants nés entre 24 et 25 SA et à partir de 500 g.
La maternité du CHU de Poitiers répond à ce niveau (par extension, la maternité de niveau III est aussi de niveau I et II). Elle est la seule de ce niveau dans la région.

 
Des réunions d’information sur les enjeux de l’échographie du 1er trimestre
L’examen échographique du 1er trimestre, réalisé entre la 11ème semaine et la 14ème semaine d’aménorrhée, est un examen de diagnostic prénatal qui porte sur plusieurs paramètres : vérifier la date de début de grossesse, faire un premier bilan morphologique de l’embryon afin de connaître précocement les malformations sévères, mais aussi fournir les éléments suffisants au dépistage de la trisomie 21 (combinaison de trois paramètres : l’âge de la mère, des dosages de marqueurs biochimiques et l’échographie (clarté nucale du foetus)).
Depuis la révision de la loi de bioéthique du 14 janvier 2014, ces examens ne sont pas obligatoires et nécessitent une information de la patiente. Elle doit également donner expressément son consentement.
Dans ce cadre, l’équipe du Centre Pluridisciplinaire de diagnostic pré-natal (CPDNP) organise, deux fois par mois en soirée (à partir de 18h), sur inscription, des réunions d’information destinées aux futurs parents. « L’objectif est de donner une information très précise et adaptée sur les enjeux de ces examens : comment sont interprétés les résultats, sur quoi ils peuvent déboucher… », explique le Dr Martine Dugué-Maréchaud, médecin coordinateur du centre. Certains couples peuvent, par exemple, faire le choix que ne soient pas réalisés les examens nécessaires au dépistage de la trisomie. « Mais pour décider en connaissance de cause, il faut avoir toutes les cartes en mains, c’est ce que nous proposons avec ces réunions », note celle-ci.
A noter : Concernant l’échographie du 1er trimestre, le CPDNP est également missionné par le ministère de la santé pour mettre en place les bonnes pratiques et assurer une surveillance au niveau régional de la qualité des examens réalisés chez les différents praticiens.

 
Recherche appliquée en mécanique obstétricale : minimiser les interventions médicales
Le service de gynécologie-obstétrique du CHU de Poitiers est impliqué dans une thématique de recherche sur la mécanique obstétricale conjointement avec l’équipe RoBioSS (Robotique, Biomécanique, Sport et Santé) au sein de l’Institut Pprime*, unité du CNRS (UPR 3346) sis à Poitiers sur le site du Futuroscope. L’équipe a centré ses thématiques de recherche dans l’analyse de la motricité humaine, tout d’abord dans le domaine de la performance sportive, puis plus généralement dans l’expertise du mouvement.
C’est dans ce cadre là que l’équipe obstétricale du CHU travaille en partenariat étroit avec l’équipe RoBioss qui met à disposition ses compétences et savoir-faire, son plateau technique d’analyse de la locomotion humaine de niveau exceptionnel, ainsi que sa délocalisation pour des expérimentations et une mise en application en salle d’accouchement.
Les objectifs de cette recherche (projet OPTIMAC) est d’optimiser l’accouchement naturel, simple, par une meilleure compréhension de la mécanique de l’accouchement et des effets des différentes positions de la femme au cours du travail et de l’accouchement, ce qui permet d’espérer minimiser les interventions médicales (césariennes ou extractions instrumentales), et répond aux aspirations de nombreuses parturientes de vivre le plus possible un accouchement naturel, dans la plus stricte physiologie.

* Les activités de recherche de l’institut couvrent des thématiques organisées en département, allant de la physique et mécanique de matériaux à la mécanique des fluides et des matériaux, à l’énergétique à travers l’étude des phénomène thermiques, de combustions et détonique, au génie mécanique et l’étude des structures complexes.

 
Quelques chiffres en 2015
2355 accouchements
12000 consultations de gynécologie et d’obstétrique
2200 échographies de surveillance de pathologies foetale et de 2ème avis
350 prélèvements dans le cadre de l’activité de diagnostic prénatal
600 dossiers de patientes sont examinés en réunion multidisciplinaire (1 à plusieurs fois)
68 grossesses multiples
331 césariennes, soit 14 % des accouchements. La moyenne nationale est de 20,8 %.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :