Sud-Ouest Supplément formation 2014

DSC_0987 (2)

(Extrait d’un des articles parus)

Le bois en compétition

Cinq étudiants de la licence pro bâtiments bois basse consommation et passifs de l’IUT de La Rochelle participent au concours international Solar Decathlon, sur la construction d’une maison autonome en énergie.

Elles étaient 40 équipes du monde entier lors de la sélection. Seules 20 ont été retenues pour participer au Solar Decathlon, dont celle de la Licence professionnelle Bâtiments bois basse consommation et passifs de l’IUT de La Rochelle en partenariat avec le département d’Architecture de l’Université de Valparaiso au Chili. Cette compétition internationale créée en 2002 par le département de l’Energie des Etats-Unis, ouverte aux universités et aux grandes écoles de la planète, a pour objectif de les faire se mesurer autour d’un défi : concevoir et construire une maison solaire autonome en énergie. Cette année, l’épreuve finale aura lieu dans le cadre prestigieux du château de Versailles.

Un projet grandeur nature

L’IUT de La Rochelle s’est lancé dans la compétition avec le projet « Casa Fenix » (Casa for emergency post-natural impact extreme). « Comme le concours se passe cette année en Europe, l’Université Chilienne nous a sollicité pour que l’on fasse équipe, explique Simon Ribreau, un des cinq étudiants de l’IUT engagés dans le projet. Ce sont eux qui ont défini le prototype de la maison. Le Chili étant un pays soumis aux catastrophes naturelles, ils sont partis sur le concept d’une maison modulaire évolutive capable de répondre rapidement et durablement aux situations d’urgence. Notre mission, qui n’est pas des moindre, est de construire la réplique de ce prototype grandeur nature. » Depuis plusieurs mois, les cinq étudiants en charge de ce projet, soutenu par la Région Poitou-Charentes et la filière Bois, donnent corps à cette maison dans le hall technologique Espace Bois de l’IUT. « Elle doit être entièrement démontable car en juin nous aurons 10 jours pour la reconstruire dans le parc du Château de Versailles pour l’épreuve finale » précise Pierre Maudet, étudiant également embarqué dans le projet.

Un outil pédagogique

Un véritable défi qui demande aux étudiants de faire fonctionner leurs méninges : « Chaque étape demande de trouver les systèmes constructifs les plus adaptés aux contraintes à la fois techniques et environnementales liés à cette maison. » Pour le responsable de la formation, Gérard Schellenbaum, ce projet « est un formidable outil pédagogique qui permet de tester en conditions réelles des procédés novateurs que nous abordons au sein de cette formation. C’est aussi une incroyable expérience humaine qu’ils pourront valoriser par la suite ».

Vainqueurs ou pas à Versailles, les cinq étudiants verront leur projet durer dans le temps, car la maison sera reconstruite sur le site de l’IUT pour servir de maison témoin et de lieu d’accueil aux étudiants en apprentissage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :