Portrait Mur’mure Visuel

Mur'mure Visuel
La fulgurance de Mur’mure Visuel

Créée depuis le 6 juin dernier, Mur’mure Visuel est une société de peinture d’art décoratif utilisant les techniques du street-art. Sa spécialité : l’embellissement des très grandes surfaces. Née fortuitement de la passion de deux jeunes diplômés de l’Université de Poitiers, Michael Naugé et Thomas Guibert, l’entreprise connaît un démarrage sur les chapeaux de roues. Elle a d’ores et déjà séduit le CREPS de Boivre et la Mairie de Poitiers.

Faire de leur passe-temps, une entreprise, Mikael Naugé, 26 ans et Thomas Guibert, 27 ans, n’y avait pas pensé une seule seconde quand il y a un an, « pour s’aérer l’esprit » ils se sont essayé pour la première fois au graphe. « C’était sur les pilonnes de la pénétrante à Poitiers au niveau du terrain de sports du lycée des Feuillants, se rappelle Thomas. Nous y avons réalisé nos premières peintures murales à l’aérosol de plusieurs mètres de haut. Quelques photos de nos créations sur facebook ont suffi à lancer la machine. »
En effet, à partir de là tout est allé très vite. Quatre mois plus tard ils participaient à une exposition à Saintes sur le street-art, et quelques semaines après ils décrochaient leurs premières commandes pour des collectivités.
Les deux amis qui arborent les noms d’artistes mrR (Michael) et papagiBs (Thomas) ont été les premiers surpris par l’engouement autour de leur travail. Car, ils ne baignaient pas particulièrement dans le milieu artistique que ce soit dans leur vie privée, même s’ils pratiquaient un peu le dessin, que dans le cadre de leurs études : Michael vient de finir sa thèse en informatique et traitement de l’image et Thomas est titulaire d’un master de mathématiques appliquées. « On se dirigeait tout droit vers le professorat. »
Même si leurs formations peuvent sembler très éloignées du monde de la peinture, aujourd’hui les connaissances acquises aussi bien en mathématiques qu’en informatique leur viennent en aide pour mener à bien leurs réalisations. « Nous travaillons beaucoup à base de pochoirs et de photos retravaillées par informatique. En outre, nous utilisons des procédés technologiques comme des webcams pour arriver à effectuer de façon la plus précise nos esquisses, lorsque nous évoluons sur des formats qui peuvent atteindre plusieurs mètres de haut et de large. » C’est d’ailleurs une de leur spécialité. Autre caractéristique : leur style est très orienté sur les portraits figuratifs.
La décision de créer leur entreprise s’est imposée lorsqu’ils ont été sollicités pour effectuer deux gros projets : l’un pour le CREPS de Boivre afin de réaliser des fresques sur des structures en béton d’un bike-park et un second pour décorer des cabanes de chantier de 7 mètres de long pour la Ville de Poitiers. « Nous étions dans l’impossibilité d’émettre une facture. Nous nous sommes dits que c’était l’occasion de se lancer. » Mais, ils ont opté pour la prudence : « Nous nous sommes rapprochés d’ACEA-SCOP, une structure coopérative d’activités. Le principe est que vous êtes salariés, payés en fonction des contrats que vous décrochez. Pendant 6 mois, vous avez le temps de tester l’activité sans trop de risque. Pour nous, le fait d’intégrer une structure de l’Economie sociale et solidaire correspondait aussi à des valeurs humanistes. »
En amont, les deux jeunes associés, éloignés du monde de la création d’activité, ont souhaité acquérir les compétences de base de l’entreprise. Ils ont pour cela intégré le dispositif Passeport Compétences Création de l’Université de Poitiers. « Il y a une part de bon sens dans les démarches à mettre en oeuvre, mais certaines notions ne s’improvisent pas notamment celles qui touchent aux domaines comptables, financiers ou de gestion. Cette formation nous a donné les outils nécessaires pour mener à bien notre petite entreprise»
Malgré la jeunesse de leur structure, Mickael et Thomas ne font pas dans l’amateurisme. « Pour chaque client nous prenons le temps de discuter avec eux de leurs désirs et attentes. Ensuite, à partir de là, nous effectuons une maquette numérique que nous retravaillons si besoin, jusqu’à l’accord final du client. »
Aujourd’hui Mur’mure Visuel propose, outre la réalisation de peintures d’art décoratif, des ateliers d’initiation au street-art pour tous les publics, la vente de toiles de leur création ou de l’événementiel avec des performances live.
Le démarrage plutôt fulgurant de leur activité, « surtout sans faire de communication », pousse les deux compères a être ambitieux concernant l’avenir de leur société : « Nous aimerions travailler sur l’embellissement urbain en réalisant par exemple des fresques sur les grands ensembles telles que les barres de logements sociaux. Je pense que pour réussir il faut avoir des objectifs culottés. Jusqu’à présent cette philosophie nous a toujours réussi », conclut Mickael.

Contact : Mur’mure Visuel, 55 rue du Dolmen, 86000 Poitiers. Téléphone : 06 20 08 21 04 ou 06 32 55 52 47, courriel : contact@murmurevisuel.com. Internet : http://www.murmurevisuel.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :