Aquarium de La Rochelle côté coulisses Guide été Sud Ouest 2013

SUD OUEST LT

(Exemple d’article réalisé pour le Guide été 2013 du Journal Sud Ouest)

Laquarium côté coulisses

Une quinzaine de techniciens, soigneurs, biologistes, plongeurs, s’affairent avec passion derrière les hublots.

Chaque jour, c’est le même rituel. Deux heures avant l’ouverture au public, l’équipe de soigneurs qui compte 15 personnes, techniciens, plongeurs, biologistes… effectuent systématiquement une visite de l’ensemble des aquariums (75 en tout). «Nous empruntons le parcours qu’effectuera le visiteur, explique Mathieu Coutant, adjoint de direction, responsable de soins. L’objectif est d’observer le comportement des poissons afin de s’assurer qu’il n’y a pas d’animaux malades et de vérifier qu’au niveau technique tout fonctionne. » A partir de là, chacun est affilié pour toute la journée à des tâches spécifiques à l’abri des regards.

L’envers du décor

L’équipe se disperse dans les différentes zones techniques. Ici, la féérie des mers du monde, prend un tout autre visage : un dédale de couloirs avec des tuyaux, une kyrielle de vannes, des pompes plus ou moins bruyantes. Dans la zone d’accès aux bassins, un plongeur s’équipe pour aller nettoyer les vitres d’un aquarium. Fortement plombé et équipé d’une ventouse, il va à l’aide d’éponges et de raclettes redonner de l’éclat aux imposantes baies. En sous sol, dans la cuisine, un drôle de festin se prépare : moules, crevettes, sardines, merlus, saumons, plaquettes de phytoplanctons et même de la salade pour les herbivores. « Chaque jours, les pensionnaires engloutissent 18kg de nourriture. Hormis les tous petits poissons, les grosses espèces ne mangent pas tous les jours comme les requins, par exemple. » Le nettoyage et le repas sont des moments privilégiés pour les soigneurs : « Il y a durant ces tâches une part importante d’observation. Un poisson qui ne mange pas ou qui a un comportement différent sont des signes qui doivent nous alerter. » Au moindre doute, les poissons prennent la direction de la zone de quarantaine. Dans des aquariums dépourvus de décors, ils sont particulièrement choyés : « Nous introduisons les médicaments adéquates dans l’eau ou dans la nourriture. Quand, c’est nécessaire, nous faisons appel à un vétérinaire. » Cette zone accueille également la nurserie. «Différentes espèces se reproduisent très bien comme les hippocampes, les méduses, les sèches ou encore les coraux. La reproduction est un axe sur lequel nous travaillons de plus en plus. »

3 millions de litres d’eau

L’eau des aquariums fait aussi l’objet de toutes les attentions. A côté des cuisines, dans le laboratoire, les biologistes observent, après prélèvements dans les bassins, à l’aide de machines sophistiquées et de microscopes, la qualité de l’eau et ses paramètres physicochimiques : température, salinité, composés azotés. « Etant dans un vase clos, l’eau a besoin d’être filtrée continuellement. Les 3 millions de litres des différents aquariums passent toutes les heures dans des systèmes d’épuration biologique. » 1% d’eau de mer, récupéré sur la côte à quelques kilomètres, est ajouté à ce circuit fermé.

« Les visiteurs n’imaginent pas la complexité des tâches pour assurer la quiétude cette population sous-marine dans un milieu artificiel, et c’est tant mieux. Notre objectif est qu’ils oublient qu’ils font fassent à un aquarium, mais qu’ils observent une partie d’écosystème. Et d’après les retours que nous avons, je pense que nous réussissons ce pari », conclut Mathieu Coutant.

Encadrés

Au chevet des tortues

Depuis 1996, par le biais de son Centre d’études et de soins pour les tortues marines (CESTM), l’aquarium recueille les tortues échouées de l’ensemble des côtes Atlantiques. Quatre espèces sont particulièrement concernées par ces échouages : tortue verte, luth, caouanne et kemp. Souffrant de dénutrition, d’hypothermie ou de mutilation, elles sont soignées et dorlotées le temps de se refaire une santé. Elles sont remises à l’eau en été depuis la conche des Baleines dans l’île de Ré. Pour en savoir un peu plus sur ces espèces, les tortues sont balisées quand cela est possible (en fonction du poids et de la taille). Près de 120 tortues ont ainsi pu être sauvées par ce centre unique en France.

Les nouveautés 2013

Après la création en 2012 d’une salle spécifique dédiée aux espèces des eaux tempérés de l’atlantique (seiches, raies, turbots, étoiles de mer…), l’Aquarium accueille cette année 3 requins marteaux et deux tortues marines Caretta Caretta. Ces dernières nées à Marineland d’Antibes font partie d’un programme d’observation et de sensibilisation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :